Musée virtuel de Montmirail

La verrerie de Montmirail

LA PRODUCTION

La verrerie de Montmirail était réputée depuis la fin du 18e siècle pour ses instruments de physique et de chimie. Au début du 20e siècle, on fabriquait encore des verres à expérience, des vases à précipité et des flacons tubulés. On peut aussi mentionner : flacons divers, bocaux à conserves, cloches à jardin, gobe-mouches, encriers, lampes à pétrole, pichets, pots à yaourt ou encore ampoules électriques pendant la guerre de 39-45.
La plus grande partie de la production était toutefois les objets destinés à la pharmacie (flacons...) et à la parfumerie.
La verrerie était spécialisée dans la fabrication de matériel de chimie et fournissait les parfums Bourjois. chimie
Grâce à la nature du sol de la forêt, elle produisait des objets d'un bleu caractéristique. Parfum Bourjois
Le lustre présent en l'église du Plessis-Dorin a été fabriqué à la verrerie. Lustre
La verrerie a longtemps produit des cloches de jardin. Cloche de jardin
L'usine générait également une grande production de "bousillés". Les bousillés étaient des pièces fabriquées par les ouvriers durant leur temps de pause. Il s'agit donc de pièces uniques, n'entrant pas dans la fabrication officielle de la verrerie. Les ouvriers les fabriquaient pour les offrir. Il pouvait s'agir de carafes, d'animaux ou de monuments.
Les objets fabriqués à la verrerie du Plessis-Dorin étaient plus brillants et plus "blancs" que ceux fabriqués à la verrerie de La Pierre située à Coudrecieux et qui avaient une teinte plus grisâtre.

LustreL'intérieur de l'église du Plessis-Dorin avec le lustre.

 

Pub

page précédente | page suivante