Musée virtuel de Montmirail

Montmirail

LE PERCHE GOUËT

Pour protéger leurs terres des invasions normandes, les évêques de Chartres confient à des hommes d'armes, vers le Xe siècle, le soin de fortifier la région. C'est ainsi que s'érigèrent de nombreuses mottes féodales, dont celle de Montmirail. Au début du XIe siècle, la famille Gouët réunit dans sa main, cinq baronnies qui formèrent le Perche Gouët, petite région indépendante du Grand Perche et qui avait Montmirail pour capitale. Géographiquement, le Perche-Gouët, c'est le pays de la rive droite du Loir.  Les cinq baronnies étaient, sous l'ancien régime jusqu'en 1790 :

  • Montmirail la Superbe
  • Alluyes la Riche
  • Brou la Noble
  • Authon la Gueuse
  • La Bazoche la Pouilleuse

Les villes suivantes ont fait partie du Perche Gouët jusqu'en 1790 lors du découpage "révolutionnaire" :

Authon-du-Perche, Charbonnières, Beaumont-les-Autels, la Bazoche-Gouët, Luigny, Miermaigne, Moulhard, Soizé, Les Autels-Villevillon, Chapelle-Royale, Chapelle-Guillaume, Brou, Bullou, Dampierre-sous-Brou, Dangeau, Mézières-au-Perche, Mottereau, Unverre, Vieuvicq, Yèvres, Alluyes, Trizay-les-Bonneval, Montmirail, Champrond, Melleray, Frazé, La-Croix-du-Perche, Arrou, Châtillon-en-Dunois, Arville, St-Avit, Le Plessis-Dorin, Le Gault-Perche.

Lors de la création des départements, le Perche-Gouët disparait et ses communes sont réparties dans 3 départements : 29 en Eure-et-Loir, 4 au Loir-et-Cher (Arville, Le Plessis-Dorin, St-Avit et le Gault-Perche) et 3 à la Sarthe (Montmirail, Melleray et Champrond).

Retour index Montmirail